J’ai décidé d’arrêter le henné…

Hello! Si tu me suis depuis le début, tu sais que je suis devenue une adepte de henné; je t’en avais parlé dans mon billet concernant mon plus grand désastre capillaire, et j’avais promis de revenir sur ce point dans un prochain article. Alors chose promise, chose due, j’y reviens aujourd’hui!

Tout d’abord, quand je parle de henné, je parle bien évidemment de henné 100% naturel (lawsonia inermis), sans ajout de quoi de que soit d’autres, comme des sels métalliques (sodium picramate) par exemple, très mauvais et surtout en contre indication totale avec les traitements chimiques! C’est un point important que j’aimerai mettre en lumière aujourd’hui, car j’entend et je lis énormément de bêtises au sujet du henné du genre: “c’est hyper dangereux pour la santé”, ou encore “si tu fais du henné tu vas avoir les cheveux verts”, ou bien “tu ne pourras plus jamais faire de colorations sous peine de perdre tous tes cheveux”…(euh… seriously?!).

Même les coiffeurs professionnels s’y mettent! Please, arrêtons avec ces légendes, c’est comme les loups garous ou les vampires, ça n’existe pas!!! Si on utilise du henné 100% naturel (pas le paquet de soit disant henné dans ton supermarché avec une liste d’ingrédients aussi longue que mon bras), le seul souci que l’on peut rencontrer avec une coloration chimique c’est qu’elle ne prenne pas, car le henné gaine et lisse les écailles du cheveu, ce qui empêche la coloration de pénétrer dans le cortex de celui-ci, simplement…

Alors certaines (ou certains aussi) me diront qu’elles (ou qu’ils, pourquoi pas) ont utilisé du henné 100% naturel, avec des mélanges de plantes, comme l’indigo (plante tinctoriale bleue qui permet de foncer naturellement le henné) et qu’après une décoloration, elles (ou ils) se sont retrouvé(e)s avec les cheveux verts… Eh bien ma chérie (ou mon chou), laisses moi t’expliquer que c’est normal et qu’il ne s’agit que d’un problème de colorimétrie; problème que tu peux aussi avoir si tu es blond(e) décoloré(e) et que tu décides du jour au lendemain de devenir brun(e) (tu l’as appris toute petit(e) à l’école, jaune+bleu=vert), il faut une étape intermédiaire qui te fera passer par du roux/rouge (une couleur par laquelle souvent on ne veut pas passer d’ailleurs), afin de ne pas te retrouver avec des reflets indésirables.

Voilà, j’en ai fini avec la petite histoire du henné, mais là, tu dois sans doute te demander “bah pourquoi elle a décidé d’arrêter puisque le henné c’est si génial?!”. Eh bien oui c’est génial, ça m’a donné de la brillance et a rendu mes cheveux plus souples et plus forts, mais (eh oui encore et toujours ce fameux “mais”), ça a aussi alourdi mes boucles et les a pas mal détendues… De plus, j’avais envie de changer de couleur et avec le henné, il m’était impossible d’obtenir la teinte désirée… Le henné a tendance à foncer au fur et à mesure des applications, ce qui en soit ne me gênait pas plus que ça, au contraire, j’ajoutais même de l’indigo pour le foncer encore plus; seulement en fin d’année 2016 j’ai eu envie de rouge (et dire que les reflets rouges, je les chassent depuis des années…). Et cette fois-ci, pas de décoloration, ni de gommage (ou que sais-je encore), mais de la patience! J’ai compris qu’il valait mieux être patient(e) pour préserver l’éclat de ses cheveux et les garder en bonne santé, plutôt que de vouloir aller vite et se retrouver avec de la paille sur la tête (dans le meilleur des cas…)! J’ai aussi compris qu’il fallait rester dans des teintes raisonnables, par exemple moi, je suis brune à reflets naturellement acajoux, auburn, le rouge foncé reste dans l’esprit de base, je ne vais pas chercher à obtenir un blond platine (tu me suis toujours?!). Donc oui, je veux mon rouge, mais je prend le temps et n’enchaine pas les colorations, le soleil m’aidera sûrement au printemps pour les éclaircir encore plus, et en ce qui concerne le henné, je n’ai pas réussi à mettre une réelle croix dessus, j’ai plutôt trouvé un compromis avec le henné neutre (cassia obovata), qui n’est pas vraiment du henné, mais qui a à peu de choses près les mêmes propriétés, sans l’inconvénient de rester accroché au cheveu puisque l’effet se dissipe environ 3 ou 4 semaines après, et il est aussi incolore, ce qui me permet de garder mes cheveux doux et brillants entre deux colorations; et puis il existe une multitude de soins de plantes qui permettent de prendre soin de notre tignasse!

Et toi, que penses-tu du henné?! N’hésites pas à partager ta propre expérience en commentaires!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *